Echo de Macédonie

Nouvelles motivantes et suivi de l’aide déployée

En été 2011, la Fondation swisscor a accueilli en Suisse 77 filles et garçons de Macédoine. Les jours passés au camp médicalisé résonnent au quotidien.

 

De magnifiques souvenirs, une expérience riche et inoubliable – voici ce que les enfants ont emporté dans leur cœur et leur esprit à leur retour au pays. Les nouvelles reçues du camp médicalisé 2011 sont réjouissantes et démontrent que l’engagement de swisscor porte ses fruits encore 8 mois plus tard. «Le séjour des enfants en Suisse laisse des traces profondes», écrit Vladimir Vukelic de la Croix Rouge de Macédoine. Il ne s’agit pas seulement des soins médicaux apportés – qui d’ailleurs sont qualifiés d’exemplaires – mais aussi des mille choses qui ont fait la vie du camp swisscor. Dans plusieurs institutions, les enfants jouent à des jeux appris en Suisse. Dans leur quotidien, les filles et les garçons s’inspirent de ce qu’ils ont appris chez swisscor. «Par exemple, nous constatons que les enfants Rom portent une attention particulière à l’hygiène et au comportement social.»

L’été dernier, 77 filles et garçons, âgés de 9 à 13 ans, furent accueillis par swisscor au Centre de Recrutement de l’Armée à Mels, mis à disposition pendant sa fermeture annuelle. Ils venaient de sept institutions différentes, établies dans toutes les parties du pays. Parlant soit le macédonien soit l’albanais, ils étaient de religions différentes mais tous étaient défavorisés (enfants abandonnés, orphelins, tous en grande pauvreté).

 

Seulement ceux qui s'entendent, se comprennent

La Fondation swisscor a apporté tous les soins réalisables en l’espace du séjour de deux semaines en Suisse (soins oculaires, ouïe, dentaires, fabrication de lunettes, corsets, souliers orthopédiques et chaises roulantes). Parallèlement, le camp a organisé des jeux pédagogiques pour que chacun apprenne à se connaitre et à partager. 15 Bénévoles du Mouvement Jeunesse Croix Rouge Suisse ont organisé ces riches échanges. «Pour beaucoup, les activités sportives, les ateliers ludiques, les excursions furent des moments culminants», ajoute le Délégué Croix Rouge Vukelic. Pour beaucoup d’enfants, le besoin d’aller vers l’autre s’est réveillé. «Cela les a motivé à s’ouvrir, à apprendre de nouvelles langues, à chercher à se comprendre.» Depuis le camp swisscor, plusieurs enfants utilisent les réseaux sociaux de Facebook pour cultiver leurs amitiés nées en Suisse.

Parmi les enfants que swisscor a accueilli, il y avait des enfants Rom qui vivent dans un Centre d’accueil pour «familles sans toit». Le fait que leurs enfants ont été intégrés à d’autres enfants, a encouragé deux familles à se responsabiliser en quittant le Centre pour emménager dans des appartements afin d’offrir à leurs enfants un avenir meilleur.

 

e-mail de Vladimir Vukelic en anglais