Actualités arrow Archives arrow Camp 2008 arrow Le camp 2008 pour 80 enfants de Jordanie : des reconnaissances fructueuses
Le camp 2008 pour 80 enfants de Jordanie : des reconnaissances fructueuses

Interview réalisée à fin avril 2008

Le camp médicalisé swisscor 2008 accueillera 80 filles et garçons, âgés de 11 à 14 ans vivant en Jordanie. A l'instar du camp 2007, c'est le village d'enfants Pestalozzi qui abritera les enfants, cet été à Trogen en pays d'Appenzell. 

Du 21 au 24 avril 2008, une délégation de la Fondation swisscor, emmenée par son Président André Liaudat, s'est rendue en Jordanie pour les reconnaissances pour le prochain camp médicalisé de swisscor, en août 2008 à Trogen. M. Jörg Rickenmann, Secrétaire général de swisscor, était du voyage. Il répond à nos questions.

M. Rickenmann, quel est l'objectif d'un tel voyage ?

Ce voyage de trois jours en Jordanie avait pour but de rencontrer personnellement, d’une part, la Ministre des Affaires Sociales du Royaume Hachémite de Jordanie – avec qui nous étions en contact par l’entremise de l’Ambassade de Suisse en Jordanie ainsi que par le Bureau de la Coopération Suisse à Amman –, d’autre part les directrices et directeurs des Institutions Jordaniennes dont 40 enfants participeront au camp et enfin les responsables de UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) dont 40 enfants vivant en Jordanie viendront au camp swisscor. Nous voulions aussi présenter et expliquer le projet du camp swisscor aux parents et aux familles qui souhaitaient mettre un visage sur notre Fondation à qui ils vont confier leurs enfants. Nous avons aussi eu des entretiens avec les 13 accompagnatrices et accompagnateurs afin de leur expliquer le travail de collaboration que nous aurons avec eux pendant toute la durée du camp.

Au terme de vos contacts, qui seront les enfants accueillis en août prochain à Trogen par swisscor ?

Ce seront 80 enfants de 11 à 14 ans, équitablement répartis entre filles et garçons, qui participeront au camp swisscor. Tous sont pauvres, beaucoup sont orphelins ou monoparentaux et 6 d’entre eux sont lourdement handicapés (chaises roulantes). Les enfants seront accompagnés de 13 adultes qui font partie de leur cadre de vie en institutions (éducateurs, enseignants, physiothérapeutes). Ces adultes s’expriment parfaitement en anglais et donneront au personnel médical comme pédagogique en Suisse la possibilité de communiquer avec les enfants.

Quel accueil a reçu la Fondation swisscor ?

L’accueil fut chaleureux et généreux. Nous y avons rencontré beaucoup de gentillesse et de sensibilité. Grâce au travail d’information des collaborateurs des représentations suisses à Amman, les personnes rencontrées, autorités, directions des écoles et familles, connaissaient les buts du camp médicalisé swisscor. L’initiative de la Fondation swisscor est accueillie avec joie et nombreux furent ceux qui l’interprètent comme un geste concret de la tradition humanitaire suisse.

Les préparatifs ne sont pas pour autant achevés. Quels sont maintenant les prochains travaux ?

Nous entrons dans la phase des préparations au voyage. Nous recevrons à mi-mai les questionnaires médicaux de chaque enfant munis des autorisations parentales. Ces documents seront étudiés par les médecins swisscor qui confirmeront la venue des enfants. Ensuite le ministère des Affaires Sociales fera établir des passeports provisoires et sur cette base, swisscor pourra envoyer les lettres d’invitations et entreprendra les démarches pour l’obtention des visas. Lors de notre bref séjour en Jordanie, M. Louis Gilliéron, Vice-président et responsable des transports, a fixé contractuellement avec Royal Jordanien Airlines à Amman la réservation du vol charter pour les voyages aller (31.07.08) et retour (14.08.08). En Suisse, d’autres travaux nous attendent, tels que le déroulement des formalités douanières à l’aéroport de Zurich, la planification du personnel médical, les contacts avec les spécialistes de la santé à l’hôpital cantonal de St Gall, la coordination pour l’agencement d’un cabinet dentaire au Village Pestalozzi pour la durée du camp, la recherche d’habits, l’organisation des excursions et mille autres détails qui garantissent le bon déroulement du camp.

Pour la deuxième fois de son histoire, swisscor organise son camp médicalisé au Village d'enfants Pestalozzi à Trogen, en Appenzell. Quels seront les moments forts du camp ?

Les 80 enfants qui participeront au camp sont de la même culture (arabe), vivent sur le même territoire mais sont d’origines différentes (jordanienne et palestinienne). Le hasard de nos contacts avec les institutions a voulu qu’en plus, les enfants sont de confessions différentes, soit musulmane, orthodoxe et de l’Eglise chrétienne évangélique. Un moment fort viendra sans doute du programme interculturel dispensé par les pédagogues du Village Pestalozzi, lorsque les enfants découvriront qu’il n’y a pas de différence entre eux, que l’exclusion peut ne pas exister si l’on va vers l’autre en cherchant ce qui nous rassemble. L’autre moment fort sera le samedi 9 août 2008, la Journée Officielle swisscor. Elle se déroule en l’honneur de ses jeunes hôtes et rassemblera toutes les personnes qui, de près ou de loin, soutiennent l’œuvre humanitaire de la Fondation swisscor.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : la délégation de la Fondation swisscor accueillie par SE Hala Lattouf, Ministre des Affaires Sociales du Royaume Hachémite de Jordanie
(au fond). A droite : le projet du camp médicalisé swisscor est présenté aux enfants, à leurs parents et accompagnateurs.